En août 2023, j’ai décidé de me rendre à Bucarest un peu par hasard. Cette ville était sur ma liste depuis longtemps, et en cherchant une destination pas chère sur Skyscanner, elle est ressortie! En me renseignant un peu, Bucarest semblait être la parfaite ville pour un city trip en été, j’ai donc réservé! C’était une belle découverte et j’espère y retourner un jour pour faire un road trip et en voir un peu plus de la Roumanie.

Informations pratiques

  • Période de mon séjour: 21 au 25 août 2023. Il a fait minimum 35° tous les jours.
  • Décalage horaire: 1h de plus qu’en Suisse, France et Belgique.
  • Monnaie: Leu roumain (RON). 1 CHF = 5,15 RON et 1€ = 4,95 RON. La Roumanie a rejoint l’UE en 2007 mais a gardé sa monnaie et n’a pas (encore) adopté l’euro.
  • Langue officielle: Roumain. La plupart des personnes rencontrées sur place parlent assez bien l’anglais, excepté à quelques reprises où notre interlocuteur ne parlait pas du tout anglais.
  • Indicatif téléphonique: +40

Se rendre à Bucarest

Bucarest est plutôt bien desservie depuis la Suisse avec des vols directs depuis Genève (Wizz Air), Bâle (Wizz Air) ou Zürich (Swiss) et est à 2h de vol. L’option la plus avantageuse en partant du lundi au vendredi était un vol aller-retour direct Bâle – Bucarest au prix de CHF 131.- par personne, sans bagage, avec la compagnie Wizz Air. Il faut payer pour pouvoir être assis à côté de la personne avec qui on voyage, même s’il s’agit de la même réservation.

Pour rejoindre notre hôtel et le centre-ville depuis l’aéroport international Henri Coandă (OTP), nous avons pris un Bolt (alternative d’Uber). Le trajet d’environ 35 minutes nous a coûté 75 RON (14,50 CHF/€). Les tarifs varient selon l’offre et la demande, pour le trajet retour en direction de l’aéroport depuis l’hôtel, nous avons payé 58 RON (11,20 CHF/€).

Où dormir à Bucarest?

Après quelques recherches, nous avons opté pour le Moxy Bucharest Old Town. Cet hôtel 3* est situé dans la Vieille Ville et à proximité de tous les principaux points d’intérêts. Il y aussi énormément de restaurants autour. Le concept des hôtels Moxy est le même dans le monde entier, le bar et la réception sont au même endroit, la décoration est moderne et colorée, et il y a beaucoup d’espaces communs pour travailler et se détendre.

Pour 4 nuits en chambre Standard, nous avons payé 242 CHF/€, soit environ 60 CHF/€ par nuit, pour deux personnes, sans petit-déjeuner. La chambre était équipée d’une climatisation qui fonctionnait super bien et était silencieuse, d’une télévision avec accès à Internet, ou encore d’un sèche-cheveux. Nous avions une vue sur la ville, et c’était très calme. Que des points positifs!

Où manger à Bucarest?

J’ai testé plusieurs restaurants à Bucarest, et je dois dire que je n’ai pas été déçue. J’ai bien aimé la gastronomie roumaine, surtout les mici, mais il y a aussi un grand choix de cuisines internationales. Je vous partage ci-dessous uniquement les restaurants que j’ai appréciés et que je vous recommande.

Caru’ Cu Bere

Caru’ Cu Bere est l’un des restaurants les plus connus de Bucarest! L’établissement a été créé en 1879 et est apprécié des touristes comme des locaux, c’est ce qui fait son charme. J’en avais tellement entendu parler, j’avais peur que ce soit un attrape-touristes et que je sois déçue, mais pas du tout! La nourriture est bonne, sans plus, mais ce qui fait tout, c’est l’ambiance. Le bâtiment est magnifique et des danseuses et danseurs promettent un spectacle immersif dans la culture roumaine.

Nous avons choisi des mici (rouleaux de viande), un plat de viande au saindoux et des boulettes de viande marinée avec de la purée de pommes de terre. Pour les boissons, un litre de bière et une limonade au sureau nous ont plongé dans la gastronomie locale. Au total, nous avons payé 284 RON pour ce repas, soit 55 CHF/€. Réservation vivement conseillée, à effectuer directement sur le site Internet.

AveForchetta

Le restaurant AveForchetta nous avait été recommandé par un ami roumain, et il est également classé 4ème sur 1’900 restaurants à Bucarest sur TripAdvisor! Il s’agit d’un restaurant italien avec une jolie décoration et une terrasse. Le service y était super, et les plats vraiment excellents. On a passé un beau moment pour notre première soirée à Bucarest. On avait choisi deux entrées (olives et burrata), des crevettes au citron et des rigatonis al ragu en plat, et un tiramisu en dessert! Nous avions aussi pris des apéros, du vin et de l’eau, et l’addition s’est élevée à 398 RON, soit 77 CHF/€. Je vous conseille de réserver.

Jeonjuu Korean BBQ

On est tombés sur le restaurant Jeonjuu par hasard, car la déco nous a attirés! On avait envie d’autre chose que des spécialités roumaines, et c’était l’occasion pour moi de tester le barbecue coréen. Le principe est simple: on vous amène de la viande et des accompagnements, et c’est à vous de les faire cuire directement sur la table! On avait également pris une entrée et des desserts, le total nous est revenu à 365 RON (70 CHF/€).

Que faire et que voir à Bucarest?

Le Parlement

Deuxième plus grand bâtiment administratif du monde après le Pentagone à Washington D.C., le Parlement de Bucarest est vraiment impressionnant. Sa construction a été demandée par Nicolae Ceausescu et a duré de 1984 à 1994. Des dizaines de milliers de personnes ont été délogées et un cinquième de Bucarest a été détruit pour faire place à ce bâtiment qui mesure 270 sur 240 mètres, pour une hauteur de 86 mètres (surface intérieure de 350 000 m2). Entre temps, Ceaucescu est mort en 1989 et le palais n’a pas été totalement terminé. Il ne l’est toujours pas à ce jour. Il était même question de le détruire à un moment donné. En plus d’une heure de visite, on a visité seulement 7% du bâtiment!

Le palais du parlement abrite 1’100 pièces, et la Chambre des députés et le Sénat y siègent. De nombreuses salles de conférence et de salons sont utilisés pour des réceptions, et par des entreprises externes. C’est un joli bâtiment mais il n’y a pas vraiment d’histoire. Je l’ai trouvé vide et sans âme, et plutôt triste vu tout ce qu’il s’est passé lors de sa construction.

Pour le visiter, on avait réservé sur Bucharest Tickets. La visite coûte 19€ et dure un peu plus d’une heure, avec un guide. Si vous souhaitez réserver en direct, il faut appeler un de ces deux numéros roumains (+40 733 558 102 ou +40 733 558 103) au moins 24 heures à l’avance.

L’Arc de triomphe (Arcul de Triumf)

Une légère ressemblance avec Paris? Et oui, Bucarest possède aussi un Arc de triomphe, inauguré en 1936. Nous voulions monter sur l’arc, mais le point de vue n’est ouvert que les samedis et dimanches de 14h à 21h.

Le “Real tour of communism”

Pour en apprendre plus de l’histoire de la Roumanie, et notamment durant la période sous le régime communiste entre 1948 et 1989, nous avons réservé un tour à pied de trois heures avec un guide. Ce tour s’appelle simplement le “Real tour of communism” (le vrai tour du communisme) et peut être réservé sur TripAdvisor. Le prix est de 21 CHF/€ par personne. La visite est en anglais et nous étions un groupe d’environ 15 personnes.

Le tour débute devant la Catedrala Patriarhală pour parler de la religion en Roumanie. 80% de la population est orthodoxe. On a ensuite marché dans la ville, et vu énormément de maisons abandonnées, de bâtiments communistes et d’églises. On est ensuite arrivés devant le Parlement, puis devant la banque CEC, le quartier général de la police et finalement sur l’Avenue de la Victoire (Calea Victorei) et la Place de la Révolution. C’est depuis le balcon du Ministère de l’Intérieur que le dictateur Nicolae Ceausescu, qui a dirigé la Roumanie de 1965 à 1989, a donné son dernier discours, avant d’être exécuté avec sa femme le 25 décembre 1989.

Le Musée national d’art contemporain (MNAC)

Le Musée national d’art contemporain, appelé MNAC, est situé dans le bâtiment du parlement. Il est notamment connu pour sa salle qui abrite 35’000 papillons en papier, jusqu’au 1er octobre 2023. Le billet d’entrée coûte 24 RON pour les adultes et 6 RON pour les étudiants. Il y a une taxe de 12 RON pour les appareils photos.

La Cathédrale du Salut de la Nation roumaine

Depuis la terrasse du MNAC, on a une vue imprenable sur la Cathédrale du Salut de la Nation roumaine (Catedrala Mântuirii Neamului Românesc). Cette cathédrale orthodoxe est en construction depuis 2011 et sera achevée en 2025. Elle pourra accueillir 5’000 fidèles et sera la plus grande cathédrale orthodoxe du monde. Il n’est pas encore possible de la visiter (août 2023).

Le quartier et la rue Lipscani (vieille ville)

Le quartier Lipscani, et la rue du même nom, sont le centre historique de Bucarest. On y trouve un grand nombre de restaurants, cafés et bars. Mais aussi des monuments, comme le restaurant Caru cu’ bere, le passage Macca Villacrosse, l’église Saint-Antoine (Biserica Sfântul Anton) qui est le plus ancien bâtiment religieux conservé dans son aspect d’origine, l’église Stavropoleos ou encore le restaurant Hanul lui Manuc. Le mieux est de se perdre dans ses ruelles.

La librairie Cărturești Carusel

Cette librairie est très connue sur les réseaux sociaux pour son esthétisme. On avait envie d’aller y faire un tour, par curiosité. L’entrée est gratuite étant donné que c’est un magasin. Elle est située dans le quartier Lipscani.

L’Athénée roumain (Ateneul Român)

L’Athénée roumain est une salle de concert située sur l’Avenue de la Victoire. L’édifice a été inauguré en 1889. L’intérieur est magnifique et offre un parterre de 600 places assises et 52 dans des loges. Le prix d’entrée pour le visiter est de 10 RON par personne (uniquement le cash est accepté).

La place de l’Union (Unirii)

C’est lune des plus grandes places de Bucarest, avec d’immenses fontaines et un grand parc ombragé. C’était agréable de s’y balader sous de fortes chaleurs! Le boulevard Unirii s’étend jusqu’au Parlement.

Le parc Herăstrău

Situé juste à côté de l’Arc de triomphe, ce parc mesure plus de 1,1km2, avec un grand lac au centre. On y retrouve le musée du Village roumain qui est un écomusée retraçant la vie rurale et les traditions paysannes roumaines. On a préféré ce parc à celui de Cismigiu, surtout pour ses grandes allées boisées, ses petits stands et les bords du lac. Un petit air de Central Park!

Le parc Cișmigiu

Ce parc est le plus ancien de Bucarest et a été inauguré en 1860. Nous nous réjouissions de nous y balader. Mais on a été déçus… Le parc est mal entretenu et sale, on n’y est restés que quelques minutes. C’est peut-être plus agréable au printemps, ou en automne, plutôt qu’en plein été.

Excursion d’un jour à Sinaia, Brasov et Bran

Afin de découvrir les environs de Bucarest, nous avions réservé une excursion d’un jour via GetYourGuide. Un minivan est venu nous chercher près de l’hôtel à 7h40, et nous a ramené au même endroit douze heures plus tard. Au total, nous étions huit touristes (uniquement des Américains) + le chauffeur/guide. Le prix de l’excursion était de 38 CHF/€, et comprenait uniquement les trajets et les commentaires du guide. Nous avons dû payer en plus pour visiter le château de Peles (50 RON, soit CHF/€ 9,70) et le château de Bran (60 RON, soit CHF/€ 11,60), ainsi que pour manger.

Château de Peles à Sinaia

Première étape de cette journée: le château de Peles à Sinaia, à environ deux heures de route de Bucarest. Je vous recommande vivement d’arriver avant l’ouverture des portes, qui sont à 9h15 les mardis, jeudis, vendredis, samedis et dimanches, et à 10h00 les mercredis. Le château est fermé les lundis. Nous sommes arrivés vingt minutes avant l’ouverture, et la file d’attente était déjà conséquente. Heureusement, nous avions un billet coupe-file grâce à notre guide. La visite du château dure environ une heure. C’est assez expéditif car le château est bondé et il faut être rapide, c’était un peu frustrant de ne pas pouvoir admirer plus longuement les nombreuses salles. Le prix d’entrée est de 50 RON (CHF/€ 9,70).

Le château de Peles, dressé sur une colline des Carpates, a été construit entre 1873 et 1914. C’était la résidence d’été de l’ancienne famille royale de Roumanie (c’est d’ailleurs encore aujourd’hui la propriété de la monarchie, mais il est loué à l’Etat). C’est maintenant un musée depuis 1953.

La visite vaut vraiment la peine, j’ai rarement visité un château aussi beau! Il y a énormément de monde donc pensez à y venir dès l’ouverture!

Brasov

Après la visite du château de Peles, direction la ville de Brasov en Transylvanie, à environ une heure de route! C’est une ville hyper charmante et colorée, et il paraît qu’elle est très animée également. On en a profité pour visiter l’Eglise noire de Brasov (qui était initialement noire mais ce n’est plus le cas). Le prix d’entrée est de 20 RON par personne (3,90 CHF/€).

Où manger à Brasov?

Nous avons mangé un repas typiquement roumain à La Ceaun, qui possède une jolie terrasse sur la place Sfatului. Notre guide nous a conseillé ce restaurant car les plats sont bons et le service rapide. Nous avons vérifié sur TripAdvisor et il est classé n°1 des restaurants de Brasov! J’ai pris des “cabbage rolls” avec de la polenta, et mon copain a choisi une “pie” aux tomates et au fromage. C’était excellent et le repas nous a coûté 140 RON (27 CHF/€) pour les deux, avec les boissons.

Château de Bran

Dernière étape: le château de Bran, plus connu sous le nom de château de Dracula! Il se trouve à 30 minutes en voiture de Brasov. Le prix d’entrée est de 60 RON (CHF/€ 11,60) par personne. Il faut ajouter 10 RON pour visiter la salle de torture et 25 RON pour les sous-terrains. Il y avait encore plus de monde qu’au château de Peles, et un village avec des magasins de souvenirs et restaurants a été construit en dessous.

L’intérieur du château n’est pas incroyable (à part les balcons), c’est surtout de l’extérieur que je l’ai trouvé splendide. Il y a beaucoup de légendes autour de ce château. En fait, Vlad Tepes, dit Dracula, n’y a jamais vécu. Par contre, c’est ce château qui a inspiré le roman de Bram Stoker.

Lieux de tournage de la série “Mercredi”

Petit bonus: notre guide nous a montré des lieux de tournage de la célèbre série Netflix “Mercredi” (Wednesday). La série a été intégralement tournée en Roumanie, principalement dans des studios à Bucarest et dans certains lieux de la capitale, ainsi qu’à la gare Regala à Sinaia et au château de Cantacuzino. Les plans extérieurs de l’académie Nevermore ont été tournés à Cantacuzino, de nombreuses personnes le visitent à présent afin de faire une photo devant. On a d’ailleurs croisé des filles déguisées en Mercredi Addams.

Budget

Voici ce que j’ai dépensé pour 5 jours/4 nuits pour une personne:

Vol aller-retourCHF 131.-
Hébergement (4 nuits)CHF 121.-
Nourriture (7 repas) + snacks et boissonsCHF 177.-
Activités (excursion d’un jour, visite du parlement, tour du communisme, musée MNAC et Athénée roumain)CHF 107.-
Transports (Bolt et Uber)CHF 16.-
TotalCHF 552.-

Mon avis sur Bucarest

Je ne m’attendais à rien, ou du moins je ne savais pas à quoi m’attendre, et j’ai été agréablement surprise! Il y a énormément à voir à Bucarest, et dans ses environs, et c’est une ville magnifique. Que ce soit au niveau de l’architecture, de l’histoire ou encore de la gastronomie. On s’y est régalés, dans tous les sens du terme! Je vous conseille de passer trois jours complets à Bucarest pour avoir le temps de visiter tranquillement et de ne pas être frustrés.

On m’a posé pas mal de questions concernant les habitants et la sécurité en Roumanie, les Roumains étaient pour la plupart sympathiques et bienveillants. Je n’étais pas seule lors de ce voyage, mais je pense que j’aurais pu y aller en solo sans aucun problème. On n’a ressenti aucune insécurité, même en se baladant le soir.

Nous ne sommes pas allés aux thermes de Bucarest, qui sont les plus grands d’Europe, car on n’en avait pas envie avec cette chaleur. Ils sont situés tout près de l’aéroport, donc à environ 40 minutes en dehors de la capitale, il vaut mieux planifier sa visite en arrivant à Bucarest ou en y repartant. Il y a des casiers pour les bagages.

Si les pays de l’est de l’Europe vous intéressent, je vous conseille de lire mes articles sur Budapest, Bratislava, Ljubljana, Prague, Moscou, Sofia, Varsovie, Vilnius, Riga et Tallinn.

Vous pourriez aussi aimer:

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *